Les Atouts de Douala 5ème

mairie-de-douala-5eme

Les Atouts de Douala 5ème

Douala 5ème le « Quartier Latin de la ville »

S’il est un domaine dans lequel la commune d’arrondissement de Douala 5ème peut se prévaloir de tenir le haut du pavé dans la métropole économique du Cameroun, c’est certainement celui de l’éducation. Du primaire au supérieur en passant par le secondaire, la carte scolaire présente un paysage des plus étoffés, faisant ainsi la fierté des habitants et la convoitise des communes avoisinantes. Pas un pas sans école A la faveur de la réalisation par les pouvoirs publics des projets de logements sociaux, les quartiers Bonamoussadi, Makepe, Koto et Logpom ont gagné, dès le début des années 80, le statut de zones résidentielles et ont constitué le noyau central du peuplement moderne de la commune. Jouant à l’origine le rôle de cités dortoirs, ces quartiers ont vu
se développer de manière exponentielle une population en quête de structures d’encadrement pour sa progéniture. C’est donc tout naturellement que va se développer
ici une forte dynamique entrepreneuriale dans l’offre d’éducation et de formation de la jeunesse. Les opérateurs privés du secteur de l’éducation ayant flairé la bonne affaire, vont se présenter en nombre pour appuyer les efforts que les pouvoirs publics ont entrepris afin de doter la commune en structures scolaires et primaires de qualité. S’en est suivi un maillage systématique de la commune en établissements scolaires, généralement de bonne réputation. En ce qui concerne les structures publiques, la commune compte une demi-dizaine de lycées d’enseignement général (les lycées de d’Akwa Nord, Cité des Palmiers, Makepe, les lycées bilingues de Bépanda et Logpom II,) ; un lycée technique (de Nylon) ; deux collèges d’enseignement technique (CETIC de de
Logbessou, CETIF d’Akwa Nord) et un CES, celuide la Cité SIC.Diversité et employabilité Au niveau du supérieur, il est encore plus loisible de constater que la commune d’arrondissement de
Douala 5ème est le réceptacle de la quasi-totalité des structures d’encadrement présentes dans la cité capitale économique. La ville compte à ce jour environ une soixantaine d’Instituts Privés d’Enseignement Supérieur (IPES), dont plus de 80% ont trouvé une implantation propice dans notre commune. Ceci étant particulièrement vérifié avec l’enseignement technique professionnel.

Ici représenté par une bonne palettes d’établissements, offrant des filières innovantes, diversifiées et adaptées au nouveau contexte socioprofessionnel local, national et international. En réalité, tout est parti de l’Université de Douala, créée à l’origine comme Centre Universitaire. Le développement de l’activité économique nationale, l’expansion du tissu industriel ainsi que la complexification du tissu social vont engendrer une forte demande en ressources humaines bien formées que l’Université d’Etat ne pouvait plus à elle seule satisfaire. Les premiers Instituts Privés d’Enseignement Supérieurs apparaissent à la faveur de la Réforme universitaire de 1993. Réforme qui elle-même a induit une sorte de libéralisation du secteur de l’enseignement supérieur au Cameroun. Dès lors on va assister à un développement prodigieux de l’offre en formation supérieure, marquée cette fois par une extrême diversité dans les spécialités et avec le souci constant d’adapter la formation au marché du travail. Diversité et employabilité semblent être le secret de la compétitivité dans ce domaine. La Mairie de Douala 5ème pour sa part, a à cœur de continuer à apporter son soutien au secteur éducatif aussi bien public que privé. L’insertion des jeunes et l’accès à l’éducation pour tous étant partie des préoccupations majeures de monsieur le Maire Richard MFEUNGWANG. A la faveur de la décentralisation et des nouvelles prises pour la dévolution des compétences et des moyens, il est certain que monsieur le Maire mettra un point d’honneur à accompagner de manière plus concrète encore le système éducatif et de formation des jeunes dans la commune afin que Douala 5 confirme sa vocation de « Quartier Latin » de la ville de Douala.